Carte des non monogamies traduite maj HD

J’ai traduit la carte des sortes de non monogamie originalement conçue par Franklin Veaux (source = http://blog.franklinveaux.com/2017/12/an-update-to-the-map-of-non-monogamy/)

J’ai mis à jour cette traduction :

  • Amélioration de la qualité de l’image
  • Correction de coquilles qui étaient dans l’ancienne version
  • Changement de termes BDSM que j’avais essayé de ‘simplifier’ dans la première version
  • Rétablissement de la notion de ‘relation’ en lieu et place de ma traduction ‘couple’
  • Changement de mon mail

Carte des non monogamies traduite français

Merci de créditer l’auteur original et de faire un lien vers l’article source si vous voulez partager.

Développement personnel, la synthèse 2

Il y a quelques temps (ha oui, il y a plus d’un an) j’avais publié un petit schéma qui présentait les différentes pistes que j’explorais depuis quelques années pour m’épanouir.

C’était par là.

Depuis, j’ai posté quelques articles pour expliquer un peu plus en détail de quoi il s’agissait (sur ce blog qui a pris une direction fort différente de son origine).
J’avais donc à cœur de faire un petit bilan de mon ‘avancement’ (je ne me mets aucune pression ou obligation) dans ces articles.

Voilà donc à quoi ça ressemble (et les articles qui risquent de tomber dans les prochains mois, en plus de sujets non mentionnés mais qui ont émergés dans ma vie depuis).

Illustration dev perso

L’association ATNL

ATNL ? L’Association des Téléspéctateurs de Nolife.

Nolife la chaîne de télé est morte (en avril 2018, RIP) mais la communauté des spectateurs de cette chaîne reste active (certains membres du forum de la chaîne, quoi 🙂 ).
Et j’en fais partie.

En effet, dans le cadre de mon trip ‘développement perso’ (aka ‘je m’assume et j’assume mes passions’) j’ai participé à la création de cette association et je continue de participer activement (à mon rythme, avec mon énergie) à la vie de cette asso.

Ce qui me permet de rencontrer des gens qui partagent une partie de mes passions et en général chaleureux.
Je vous invite à nous découvrir via notre site :

https://atnl.fr/

ou la page Facebook

https://www.facebook.com/assotnl/

T Shirt Ego

Suivi de couple / ego

En compagnie d’un psycho-somatothérapeute j’ai entrepris il y a bientôt deux ans des ateliers sur ce que je pensais être un suivi de couple. En réalité c’était plus un travail sur soi en individuel avec un temps en couple avant et après. L’idée est que si chaque individu dans le couple est heureux et en équilibre avec lui-même alors le couple en bénéficie et peut cheminer vers son bonheur.

Ce travail sur soi-même a pris la forme de plusieurs ateliers où à l’aide de différents procédés, outils, aide du thérapeute, il s’agit de définir ce qui en soit était du domaine de la nature profonde et du domaine de l’égo.

Je caricature et ne prétends expliciter la méthode du thérapeute ou son but. Je veux juste présenter le support qui a émergé de ce travail. Il s’agit d’un T Shirt sur lequel j’ai apposé les mots qui caractérisent mon égo (et pas moi). C’est important pour moi de la partager avec le plus grand nombre car plus il y aura de personnes qui pourront se moquer de moi lorsque mon égo prends le dessus (c’est Ok qu’il soit en moi, il a son utilité, mais qu’il dirige ma vie, non), plus je serais accompagné dans mon chemin vers la liberté. Bien sur, ce T Shirt n’est pas exhaustif (ce serait trop facile).

T Shirt Ego TristesseLa tristesse : C’est une émotion que mon égo aime utiliser pour ne pas donner la place à d’autres émotions qui serait moins valorisantes: colère, frustration, haine, rancœur, peine.

Lorsque vous me voyez triste, questionnez moi ça peut m’aider de fouiller un peu plus pour connaitre la cause de cette tristesse.  Qui sait si ce n’est pas juste une manière pour moi de ne pas chercher de moyen d’agir sur cette cause ? Car si je ne change , l’égo est heureux et reste dans son univers qu’il veut stable.

 

 

Why so serious ? Je dois être sérieux : Ben oui, si je ne suis pas sérieux c’est que je ne suis pas un adulte responsable, n’est ce pas ? Professionnellement si je ne suis pas sérieux je ne suis pas crédible, n’est ce pas? En tant que père ou que mari si je ne suis pas sérieux je ne suis pas un bon papa, amant, mari respectable, n’est ce pas ? Mon égo trouve très important que je renvois une image de moi qui soit conforme aux codes normés de la société dans laquelle j’évolue. Ça le rassure et le flatte. Donc pour me débarrasser de ce travers de mon égo n’hésitez pas à rire du balais dans le c… qui est l’apanage de certains comportements de personnes raisonnables. La vie n’est pas sérieuse, pourquoi devrais je l’être ?

Je me sens puissant dans le malheur de l’autre : mon égo adore avoir une place de sauveur. C’est valorisant en général et ça m’évite de devoir regarder mes propres malheurs (pratique). Ce fut moche pour moi d’écrire cette phrase et reconnaitre que parfois j’aime que mon prochain soit dans la merde pour pouvoir l’en sortir. Si vous me voyez proposer mes services ou mon temps libre pour dépanner les autres ou compenser certains de leurs manquements, n’hésitez pas à me demander si je suis le seul qui peut faire ça et si ça me parait juste.

Peur de décevoir : Mon égo veut faire plaisir à tout prix (globalement). Et donc si un regard place des espoirs dans ma personne, il est important pour mon égo que je le déçoive pas ce regard. Que je ne déçoive pas ma femme, ma maitresse, mon patron, mes enfants, le chauffeur de bus, le passant, le mendiant… Sinon mon égo me dit bien que je ne suis pas quelqu’un sur qui on peut compter et ça c’est terrible! C’est une bonne usine à malheur personnel cette remarque interne que mon égo utilise. En acceptant de décevoir, j’accepte d’être imparfait et de vivre pour moi avant les autres. Et paf dans l’égo. Si je me place la barre trop haute ou que je stresse à cause du qu’en dira t’on, n’hésitez pas à me rappeler cette partie là du T Shirt.

Je n’ai pas le droit d’être faible : Mon égo se satisfait de ce commandement propre à notre société capitaliste de la réussite et un peu judéo-chrétienne. Ça rejoint un peu la remarque du dessus, il ne manquerait plus que ça que je ne sois pas parfait ou que j’ai le droit de craquer ! Divorcer c’est être faible, accepter un échec c’est une faiblesse, ne pas accepter d’aider c’est être faible et c’est mal. Donc tous avec moi pour briser cette pensée égotique et m’accorder le droit de pleurer et de capitaliser sur mes erreurs (oui car le faible culpabilise, il ne peut pas faire une force de sa faiblesse, c’est antinomique) .

Je vaux plus que l’autre : C’est moche d’écrire ça à la première personne en parlant de soi, mais c’est bien mon égo. J’ai beau régulièrement me dévaloriser, ça ne m’empêche pas de régulièrement penser que je vaux plus que l’autre, que je mérite mieux, que je suis différent. Petit mot à mon égo : comparaison = poison. Je fais mien le fait que nous soyons tous différents et riches de ces différences. Si vous me voyez ou m’entendez comparer, n’hésitez pas à me faire une piqure de rappel, surtout si ça me concerne.

Je souffre d’être isolé : Ben oui, mais je me crée moi même cette souffrance. Je suis différent des autres (comme tout le monde) et ressentir cette différence comme un facteur d’exclusion (mode emo, on) peut aussi arranger mon égo, comme ça c’est soit la faute des autres (qui m’isolent, ils n’ont que ça à faire) soit de mon hypersensibilité qui est un fardeau et pas un avantage. En fait j’aime la compagnie des autres, qui est enrichissante, vaut mieux que je me demande pourquoi je me sens isolé quand je le ressent.

Homme pressé, je cours après un idéal futur : Celle là est arrivée en dehors des ateliers, je crois, un peu plus construite, moins intuitive. Mon égo aime que je sois pressé, que je ne prenne pas le temps d’apprécier le présent ou de me réjouir de mes bonheurs passés. Et pour m’aider dans mon malheur et ma volonté de ne pas changer mon égo m’aide à me fixer des objectifs inatteignables (des idéaux) qui me rendront forcément malheureux de frustration. Je ne suis pas le seul à souffrir de celle-là, mais je ne ferais pas de généralité. Le genre de coup de main à me donner est simplement de m’aider à respirer mon bonheur présent, me rappeler que le futur n’existe pas encore et que les idéaux sont ce qu’ils sont: de beaux horizons qui n’empêchent pas un chemin gratifiant mais pas nécessairement à atteindre.

Être fort c’est être autonome : J’aurais pu ajouter ‘tu seras un homme mon fils’ ou ‘un adulte’. Si je commence à demander de l’aide aux autres (reconnaitre ma faiblesse) je risque de changer au contact de ceux-ci, et ça l’égo ne veut pas. Donc il faut que je sache tout faire tout seul (c’est d’ailleurs à ça qu’on devient ‘grand’ quand on est enfant, non? Se débrouiller seul? ). Il suffit de me dire que la faiblesse et le côté faillible sont ce qui permet d’avancer pour remettre l’égo à sa place.

Je n’ai pas le droit d’être moi même : Injonction impérieuses et puissante d’être comme on voudrait que je sois. On ? Mes parents, mes amis, la société. Ceux à qui je dois plaire pour exister, avoir ma dose d’amour extérieur. Mon égo aime que je ne me considère pas comme digne d’être juste ce que je suis, sans avoir besoin de l’approbation/amour de l’extérieur. Peut être que si on se considère comme complet on peut s’enrichir de l’extérieur alors que si on a besoin de l’amour extérieur on est dépendant de l’image des autres, ce qui permet à l’égo de bien faire souffrir (interprétation perso à deux balles et guère cohérente, c’est ce qui me vient là). Acceptez moi avec mes silences, mes passions qui peuvent sembler insignifiantes à d’autres, mes oublis à répétitions et plein d’autres facette de mon être qui forment mon tout, qu’elles soient positives ou négatives dans vos yeux, et mon égo ira se faire voir avec cette réflexion.

J’ai peur de perdre le contrôle : Et que va t’il se passer si je perds le contrôle ? Réponse de l’égo: je vais me faire mal ou faire mal aux autres (brrr, la peur, ça c’est un guide puissant). Il est donc important de tout maitriser et tout verouiller, rester dans ma zone de confort, ne rien tenter qui puisse faire tomber mes défenses. Non, mais, des fois que je découvre ou mette en lumière des parts de moi que je ne connaitrais pas, voire que ça m’enrichisse. Une réponse possible: me dire que je peux me faire confiance et faire confiance à d’autres si je perds le contrôle (genre aux gens qui m’aiment, au hasard, ou un cadre sécurisé).

J’aime être flatté : Ça c’est pas joli à voir, hein ? Oui, je suis sensible à la flatterie, à l’image de moi que les autres peuvent me renvoyer. Mon égo s’en délecte. Pour contrecarrer ce versant négatif de mon besoin de rendre service il suffit de se cantonner à des remerciements me concernant, pas la peine d’en rajouter.

Je suis à la recherche d’absolu : Ou comment ne jamais être satisfait de rien. Avoir 290 jeux alors que je pourrais en avoir plus de 400 ? Être en bonne santé alors que je pourrais être un athlète ? Être juste heureux alors que je pourrais nager dans le bonheur en permanence (et vomir des arc-en-ciel) ? A partir du moment où j’ai connaissance d’un mieux je peux le désirer et mon égo peut retourner ça comme un constat d’échec à ma réussite. Et ça inclut le plan spirituel cette course quasi sans limite vers le toujours plus. Je n’aime pas qu’on nie mon besoin d’absolu car je crois qu’il correspond à une aspiration profonde. Mais ce besoin n’est pas la recherche utilisé par mon égo pour me mettre en échec. Pour contrecarrer l’égo il suffit en général de m’indiquer que le mieux est l’ennemi du bien et que j’ai tout le temps du monde pour avancer (à mon rythme) vers ces absolu qui me tentent.

Cet article a été commencé en septembre 2018 et basé sur une expérience d’Octobre 2017. J’ai beaucoup cheminé depuis et si les problématiques d’égo ne sont peut-être jamais résolues (liées à notre enfance, au transgénérationnel, que sais-je…) je trouve intéressant d’avoir connaissance de cette partie de notre personnalité qui ne nous définit pas complétement mais qui ne loupe pas une occasion de nous mettre des bâtons dans les roues dès qu’on veut se libérer de schémas aliénants.

PS : Merci de me pardonner pour les fautes de français et d’orthographe, je n’avais pas envie de me relire sur ce post 🙂

Carte des non monogamies traduite

J’ai traduit la carte des sortes de non monogamie originalement conçue par Franklin Veaux (source = http://blog.franklinveaux.com/2017/12/an-update-to-the-map-of-non-monogamy/)

Carte des sortes de non monogamie
Auteur Franklin Veaux

Merci aux participants du café Polyamour de Lille de Janvier de m’avoir éclairé et orienté sur certaines traductions, merci à Fanny pour les corrections.
J’ai traduit ce document, avec l’accord de l’auteur, car la langue bloquait une partie des échanges possibles avec ce support.
Merci de créditer l’auteur original et de faire un lien vers l’article source si vous voulez partager.