Geek’s Day à Lille

affiche_geekdayslille

Le 23 et 24 Avril 2016 s’est tenue à Lille la première convention commerciale autour des cultures populaires, au Grand Palais de Lille.

Je précise commerciale car il y a depuis plusieurs années des conventions autour des même thèmes dans la région mais c’est une des première fois qu’une société spécialisée dans l’évementiel se décide à investir dans ce type de convention dans la région, en général c’est associatif et avec peu d’exposant commerciaux.

J’y suis allé le dimanche avec mes enfants (2/3) et mon filleul, avant de revenir seul en fin d’après midi (oui, pour plus de liberté).

Il y avait foule même le dimanche dès l’ouverture, ce qui ne m’a guère étonné car certains des invités était prestigieux (je parle des Noob, pas des Youtuber qu’une incompréhension générationnelle m’a fait ignorer).

IMG_20160424_093446980_HDR

Je ne ferais pas de débat sur le côté commercial de l’événement, je laisse les pro et haters en parler. Alors oui, il y a avait beaucoup de stands de vendeurs (pas assez pour certains, trop pour d’autres), de la nourriture japonaise pour se restaurer sur place, et plus d’une centaine d’exposants divers et variés.

Focalisons plutôt sur ce qu’ai beaucoup aimé : les conférences. J’ai assisté à la conférence de Xavier Fournier à propos des super héros venus du nord. Du Nord ? Et oui, j’ai découvert lors de cette conférence que le plus gros éditeur de comics en France était de Tourcoing. Il s’agissait d’Arédit/Artima.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ar%C3%A9dit/Artima

C’était passionnant. Et j’ai beaucoup apprécié le passage sur la censure des premiers comics en France avec les arguments du ministère de la censure de l’époque tels que ‘les couleurs américaines sont trop criardes pour les enfants, cela endommagerait leur cerveau, il faut les changer’. Ou bien : « un héros en peut avoir de masque, c’est l’apanage des bandits et voleurs’ et donc les premiers super héros était re dessinés en France sans leur masque.

Je me suis aussi amusé à voir Norman Genius faire des perfect à la suite sur Street 5.

Et j’ai trouvé super la conférence en comité restreint du soir par JL Mast www.jlmast.com un dessinateur Lillois qui dessine pour Marvel (entre autre) et qui est plutôt spécialisé dans le cross media. Il nous a décrit le processus de conception d’une BD cross media pour marvel, de la commande jusqu’à la livraison, avec son support de travail en illustrations.

IMG_20160424_110416676

Alors il y avait aussi plein d’autres trucs sympas, des personnages Star Wars en passant par les droïdes du même univers en taille réelle qui se baladaient dans le salon, des défilés de Cosplay géniaux en passant par les stands de jeux vidéos nombreux et thématiques (Jurassic Parc, Star Wars, Hollywood…), les statues de Transformers ou le Walker pas loin, des dessinateurs, des auteurs de webserie et j’en passe et des meilleurs (sans compter les gens sympathiques qu’on retrouvait à l’occasion).

Tout n’était pas parfait. Par exemple les Noob ont du payer leur stand alors que dans d’autres conventions c’est plutôt le contraire car leur notoriété assurer à elle seule un paquet d’entrée. Ensuite il n’y avait que le Furet qui pouvait vendre des BD. On a parlé d’exclusivité sur le net mais c’était apparemment plus du fait des organisateurs que du Furêt.

Il s’agissait donc bien d’une convention qui se voulait à l’image des conventions Parisiennes (en bien et en mal), organisée par des professionnels (en bien et en mal 😉 ) et qui pour moi a très bien rempli ses objectifs, voir même les a dépassé si on considère que c’était une première fois.

Vivement la suite.

IMG_20160424_185004313_HDR

Publicités

Scott Pilgrim, comics, etc.

Il y a de cela quelques temps j’avais profité d’un séjours dans la capitale pour voir au cinéma l’excellent film ‘Scott Pilgrim VS The World’. J’en parlais par là.

A l’époque je vous touchais un mot du comics, alors qu’il n’était pas édité intégralement.
J’ai tout lu. Je vous confirme que le papier est sacrément plus solide que le film et prends le temps de creuser les personnages.
Il leur apporte une humanité et un réalisme qui se marient étonnement bien avec la forme complétement déjanté de l’ensemble.

Scott Pilgrim comics cover
Et aujourd’hui je vais vous parler du jeu vidéo inspiré du film.
Je ne vais pas en faire des tonnes: c’est un très bon jeu, en plus d’être extrêmement fidèle au comics, ce qui ne gâche rien.
Il s’agit d’un beat them all jouable jusqu’à quatre joueurs en simultané dans lequel chaque personnage progresse (système d’expérience) au fur et à mesure du jeu.
C’est un réel chalenge en mode un joueur, même en mode facile.
Le tout est conçu en mode ‘gros pixel’ (comprendre atmosphère huit bits pour le design et la musique) avec une jouabilité parfaite.
C’est donc hautement addictif et je vous le recommande vivement.

scott-pilgrim-video-game

House of M, intégrale Marvel Select

250px-HouseofMN’achetez pas ce livre ! C’est insipide, mauvais malgré de magnifiques images.
Brian Michael Bendis au scénario. Je ne vais pas généraliser mais ça fait deux longues histoires scénarisées par ce monsieur (chez Marvel) qui me déçoivent.
J’ai l’impression d’un enfant qui prend une caisse de jouets, les jette en l’air (oh, c’est impressionnant), en casse quelques-uns et laisse la pièce en bordel en disant ‘je reviens plus tard, je rangerais à ce moment…’.
Il s’agit donc d’un comics qui réunit plusieurs équipes de super-héros (les X Men et les Vengeurs) qui se retrouvent projetés dans une réalité alternative, vont tenter d’en sortir, ce qui entrainera la disparition des mutants de la terre.

01-house-of-m-wanda
Oui, j’ai résumé toute l’histoire en une phrase.
Et le gros problème de ce comics est qu’il ne va pas beaucoup plus loin que ça (pas assez pour moi en tout cas).
Ca manque clairement de sentiments (tout est mis dans l’action et les rebondissements), malgré un début prometteur (on parle quand même de peine de mort au début).
Alors après la lecture de ces pages j’étais frustré de tout ce que ça promettait et qui n’a jamais été développé, ou carrément gâché…
Et c’est là le sujet principal de ma critique : il manque des morceaux du tableau pour que celui-ci soit complet.
On a donc une histoire souvent décousue et qui manque de profondeur.
Je vais donc vous conseiller de suivre l’histoire d’House of M en vous procurant l’intégralité de l’oeuvre (je peux me permettre, ça ne représente pas beaucoup de comics) pour éviter de connaitre ma déception (ou pas).
Nan, mais je deviens vieux, je deviens difficile sur les comics de super héros (alors que je suis vraiment bon public).
Ou alors celui-là était vraiment mauvais…